« ENTRE », exposition de travaux d’élèves du collège Senghor, Ifs

Dans le cadre d’une collaboration avec l’inspection pédagogique régionale d’arts plastiques, l’Atelier CANOPE Caen présente dans sa galerie, chaque année, deux expositions de travaux d’élèves réalisés en arts plastiques au collège et au lycée. Ces expositions visent à donner à voir la réalité d’un enseignement qui se fonde sur la pratique plastique, dans une relation à la création artistique. Outre la présentation de réalisations plastiques d’élèves, chaque exposition restitue quelques éléments liés aux composantes plastiques, théoriques et culturelles d’une séquence d’enseignement conduite par une enseignante ou un enseignant de l’académie de Caen, et donne à voir des démarches pédagogiques portées dans les programmes d’arts plastiques, accueillantes à l’interdisciplinarité.
L’exposition « ENTRE » présente un travail mené par Mélany Dioré, professeure d’arts plastiques au collège Léopold Sédar Senghor (Ifs), dans le cadre d’une séquence d’enseignement qu’elle a proposée à ses élèves de sixième.

EXTRAITS DE MOMENTS VÉCUS ET TRAVAILLES EN ARTS PLASTIQUES EN 6 EME, AU COLLÈGE SENGHOR DE IFS
1. Tout d’abord un travail d’approche de la sculpture abstraite par la matière. La forme n’est alors que la résultante d’une appropriation de la matière et des éléments constitutifs de la sculpture. Cela signifie que l’élève a dû exploiter le matériau dans sa potentialité à occuper les espaces, à circonscrire les vides, à le développer selon ses propres caractéristiques et propriétés.
2. Ensuite l’axe architectural a été lancé : « Et si ces structures devenaient des enveloppes de matière à habiter ? ». A travers l’étude d’œuvres architecturales il s’agit de mettre en épingle les ARCHÉTYPES telles les maisons à double pente de toit et de faire fonctionner notre esprit critique vis-à-vis de ce que l’on pourrait nommer par environnement du bâti.
3. Nous avons changé notre point de vue à nouveau et développé nos sculptures en autant de matérialisations utopiques de l’architecture. Ces agencements deviennent de nouvelles visions de quartiers suspendus. De quoi rêverions-nous pour demain ? Cette étape fût conjointe à deux matières : la géographie et les arts plastiques. L’élève peut alors davantage faire sens dans ses apprentissages et se permettre d’aborder une même problématique avec des angles d’approches tant différents que complémentaires.
4. Une sortie au Pavillon de l’Architecture ce 13 avril pour mettre à profit nos questionnements réalisés en classe sur le terrain. Travail de croquis, de repérage, d’inventivité, d’observation, atelier au Pavillon prévoyants d’enrichir par le jeu notre culture sur l’architecture contemporaine.
5. Un retour en classe avec une dernière séance qui, axée autour des outils numériques, visera à mettre en évidence l’environnement architectural local questionné par notre regard. Nos maquettes migreront en salle de géographie pour travailler à la « ville de demain » et serviront ainsi de support de réflexion.
Texte : Mélany Dioré

Documents PDF :
. "Fiche élève" liée à l’une des phases de travail de la séquence,
. Sortie au Pavillon de l’Architecture,
. L’espace d’exposition du collège Senghor à Ifs.

Voir en ligne : ATELIER CANOPE14

Partager

Imprimer cette page (impression du contenu de la page)