« Madame, c’est ma sculpture qui me regarde ! »

La conduite formative de l’évaluation. Étude de cas : « Madame, c’est ma sculpture qui me regarde ! », les liens entre évaluation et progrès de l’élève".

"Cette ressource propose l’étude d’une séquence réalisée en milieu de cycle 4. Elle s’appuie sur l’expérience du portrait afin de ré-investiguer une question du programme – « La représentation ; images, réalité et fiction » — et plusieurs des questionnements induits : La ressemblance : le rapport au réel et la valeur expressive de l’écart en art, les images artistiques et leur rapport à la fiction, notamment la différence entre ressemblance et vraisemblance », « Le dispositif de représentation : l’espace en deux dimensions (littéral et suggéré), la différence entre organisation et composition ; l’espace en trois dimensions (différence entre structure, construction et installation), l’intervention sur le lieu, l’installation ». Elle tente de restituer la distance parcourue entre ce que les élèves savent faire et les acquis visés durant la pratique, entre les enjeux d’une évaluation formative et ses traces ou supports dans la classe. Elle s’efforce de montrer en quoi, en arts plastiques, cette évaluation formative et l’évaluation par compétences interagissent sur les savoirs et participent à la construction des apprentissages. On y observera que la variété des situations dans une même séquence ne veut pas pour autant dire fractionnement ou atomisation des savoirs. "

Voir en ligne : « Madame, c’est ma sculpture qui me regarde ! »

Partager

Imprimer cette page (impression du contenu de la page)